ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Sciences des Aliments

0240-8813
parution suspendue
An international journal of food science and technology
 

 ARTICLE VOL 20/4-5 - 2000  - pp.457-466  - doi:10.3166/sda.20.457-466
TITRE
Détection d'Escherichia coli O157 producteurs de Shiga-toxines dans les huîtres (Crassostrea gigas)

TITLE
Detection of Shiga toxin-producing Escherichia coli O157 in shellfish (Crassostrea gigas)

RÉSUMÉ

Une campagne d'analyse, pour contrôler la qualité microbiologique des huîtres récoltées sur la côte du Calvados, a été entreprise en 1996 sur 150 échantillons. Les analyses portaient sur la recherche de salmonelles et d'Escherichia coli O157 ainsi que sur le dénombrement des coliformes fécaux et d'E. coli. Les résultats d'analyses concernant les paramètres réglementaires (salmonelles et coliformes fécaux) étaient satisfaisants pour les 150 échantillons. Par ailleurs, une souche d'E. coli O157 fut détectée dans un échantillon présentant un taux de coliformes fécaux plus important que le reste de l'échantillonnage (276 UFC/100 g de chair). Des expériences de biologie moléculaire montrèrent que cette souche possédait trois gènes de pathogénicité : eae, EHEC-hlyA, et stx. Elle présentait alors les caractéristiques des souches entérohémorragiques. D'après les résultats de l'identification moléculaire des variants des gènes stx, deux types de toxines pouvaient être exprimés : Stx1 et Stx2c. Au moment de cette étude, l'ensemble des huîtres pouvait légalement être mis sur le marché pour la consommation humaine.

ABSTRACT

One hundred and fifty oysters were tested for faecal coliform bacteria, Salmonella, E. coli and E. coli O157. All samples satisfied French regulations for the quality of live shellfish. However, one strain of E. coli O157 was recovered from one sample that contained 276 cfu of faecal coliform bacteria per 100 g of tissue, no Salmonella and no other E. coli. This strain tested positive for three pathogenicity genes: eae, EHEC-hlyA, and stx. According to the results of stx genes subtyping, we can conclude to the presence of stx1 and stx2c. At the time of this study (1996), this sample could legally have been distributed for human consumption.

AUTEUR(S)
Ronan GUYON, Francis DOREY, Jean-François COLLOBERT, Joel FORET, Christelle GOUBERT, Viviane MARIAU, Jean-Paul MALAS

Reçu le 11 janvier 2000.    Accepté le 22 mai 2000.

MOTS-CLÉS
STEC, coquillages, IMS, E.

KEYWORDS
STEC, Shellfish, IMS, E.

CITATIONS
sda.revuesonline.com/revues/3/citation/3116.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Anglais

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (150 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier