ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Sciences des Aliments

0240-8813
parution suspendue
An international journal of food science and technology
 

 ARTICLE VOL 27/4-5 - 2007  - pp.357-359  - doi:10.3166/sda.27.357-360
TITRE
Cacao, chocolat et santé : les polyphénols font-ils tout ?

TITLE
Cocoa, chocolate and health: are polyphenols responsible for all?

RÉSUMÉ

Le chocolat est l’un des aliments les plus riches en polyphénols (Manach et al., 2004). La richesse du chocolat en polyphénols dépend principalement de la quantité de cacao entrant dans sa composition, importante dans le cas du chocolat noir et nulle dans le cas du chocolat blanc. Elle dépend également des procédés utilisés pour la préparation des fèves de cacao qui préservent plus ou moins leur contenu en polyphénols. Une tablette de chocolat noir de 80 g contient ainsi environ 1 300 mg (Gu et al., 2006). Ces polyphénols sont à l’origine de son amertume, en partie masquée par l’ajout de sucre. Ils sont aussi à l’origine d’un certain nombre d’effets santé que l’on attribue au chocolat ou au cacao. En effet, les polyphénols ont des propriétés antioxydantes et pourraient ainsi limiter le stress oxydant qui participe au vieillissement et au développement de différentes pathologies (Scalbert et al., 2005). Les données expérimentales obtenues chez l’animal ou chez l’homme suggèrent plus particulièrement un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires (Manach et al., 2005). Deux études épidémiologiques publiées récemment ont montré une association inverse de la consommation de cacao ou chocolat avec la prévalence d’hypertension ou le risque cardiovasculaire. Différentes essais d’intervention chez des volontaires sains ou des patients présentant des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, consommant du chocolat noir ou du chocolat blanc (dépourvu de polyphénols) ou des boissons à base de cacao plus ou moins riches en polyphénols ont permis de mettre en évidence différents effets biologiques des polyphénols du cacao qui pourraient être à l’origine de la réduction du risque de maladies cardiovasculaires : diminution de la tension artérielle (Taubert et al., 2003), amélioration de la fonction endothéliale (Engler et al., 2004 ; Heiss et al., 2003 ; Schroeter et al., 2006), inhibition de l’oxydation des lipoprotéines de faible densité (Baba et al., 2007), amélioration de marqueurs du stress oxydant (Wiswedel et al., 2004) ou de l’inflammation (Sies et al., 2005). Le chocolat est aussi un aliment riche en lipides et sucre. Une consommation excessive de chocolate (« chocoholism ») contribue significativement à l’apport énergétique et pourrait avoir des effets moins favorables au maintien de la santé. La consommation moyenne de chocolat a été estimée à 10-15 g/jour aux USA (Vinson et al., 2006). Ce niveau de consommation contribue de manière modeste à cet apport énergétique (50-75 kcal/jour). A fortiori, un des acides gras majeur du chocolat est l’acide stéarique, connu pour ses propriétés neutres vis-à-vis du risque cardiovasculaire (Kris-Etherton et al., 2005). Au total, une consommation modérée de chocolat pourrait avoir un effet favorable au maintien de la santé de par sa forte teneur en polyphenols. Le chocolat est cependant un aliment complexe. Des études épidémiologiques sur les associations entre la consommation de chocolat et l’état de santé dans diverses populations encore en nombre trop limité (Buijsse et al., 2006, McCullough et al., 2006) seront nécessaires pour confirmer ces effets.



AUTEUR(S)
A. SCALBERT

MOTS-CLÉS
cacao, chocolat, polyphenols, santé.

KEYWORDS
Cocoa, chocolate, polyphenols, health

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (66 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier