ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Sciences des Aliments

0240-8813
parution suspendue
An international journal of food science and technology
 

 ARTICLE VOL 27/4-5 - 2007  - pp.285-295  - doi:10.3166/sda.27.285-296
TITRE
Focus. Le goût et l'attirance pour le sucré chez l'enfant et l'adolescent

TITLE
Focus. Taste and attraction to sweetness in children and adolescents

RÉSUMÉ

La saveur sucrée provoque surtout chez l’enfant, une sensation normale et naturelle de plaisir. Les récents progrès de la génétique montrent que les gènes TAS1R2 et TAS1R3 regroupés sur le chromosome 1 chez l’humain, ont un effet sur la perception et l’attirance pour le goût sucré. Au niveau neurophysiologique, l’information gustative passe notamment par le système de récompense, puis par l’hypothalamus latéral. Dès la naissance, la stimulation sucrée provoque une réaction de plaisir. Elle peut aussi engendrer une diminution de la douleur chez le nouveau-né. Le sens du goût joue alors un rôle déterminant dans le pouvoir analgésique du sucre. Chez l’enfant, la sensibilité au sucre tend à augmenter avec l’âge alors que les préférences pour cette saveur diminuent globalement. À l’inverse, le plaisir pour l’amertume apparaît tardivement, et augmente progressivement puis se stabilise à l’âge adulte. Le sucre est communément jugé responsable de la prise de poids des enfants et des adolescents, afin d’en limiter l’accès, des règles strictes de restriction de consommation de sucre sont parfois imposées par l’entourage. Or, ces règles peuvent avoir un effet néfaste si elles sont perçues par l’enfant ou l’adolescent, comme étant restrictives. Le contexte affectif de dégustation est essentiel dans la perception du plaisir. La mémoire de la flaveur d’un aliment dans un contexte affectif intense peut être extrêmement robuste. L’hypothèse du rôle que pourrait avoir la mémoire dans le goût et l’attirance pour la saveur sucrée au cours du développement est proposée.



ABSTRACT

Sweet taste induces a normal and natural sensation of pleasure, particularly in children. Recent developments in genetics show that genes TAS1R2 and TAS1R3 clustered in human chromosome 1, have an effect on perception and attraction to sweetness. At a neurophysiological level taste information goes through the reward system and lateral hypothalamus. From birth, sweet stimulation generates a reaction of pleasure. Sweetness can also induce a decrease of pain in newborns. The sense of taste plays a determinant role in the analgesic power of sugar. In children, sensitivity to sugar tends to increase with age although preference for this taste decreases globally. At the opposite pleasure for bitterness develops later, increases progressively and stabilizes in adulthood. Sugar is commonly judged as being responsible for weight gain in children and adolescents. Strict rules of consumption of sugar are sometimes imposed within families in order to limit it access, but these rules can have an adverse effect if they are perceived as being restrictive by the child or the adolescent. Affective context of tasting is essential for the perception of pleasure. Memory of food flavour in an intense affective context can be extremely robust. It is been hypothesized that memory plays a crucial role in the development of taste and attraction to sweetness.



AUTEUR(S)
F. LÉON

KEYWORDS
sweet taste, pleasure, gene, environment, child, adolescent.

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (680 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier